Aménagement du territoire – Analyse sur base d’une grille de type AFOM

Objectifs généraux de la grille

Proposer aux élèves un outil opérationnel et à leur portée pour évaluer:

  • les facteurs qui favorisent ou non un aménagement du territoire là où il est réalisé (les atouts et des contraintes spatiales);
  • des facteurs qui permettent d’apprécier:
    • des problèmes d’accessibilité à une fonction pour une population sur un territoire (en termes de vulnérabilité) ;
    • des effets d’un aménagement en termes de développement durable ;
    • des effets d’un aménagement sur cette accessibilité (en termes de potentialités);
    • des conflits d’usage.

Cet outil pourrait être le support pour rédiger un avis personnel argumenté, que ce soit pour adopter une position en faveur ou non d’un aménagement, pour mettre en évidence une problématique soulevée par cet aménagement, pour mettre en évidence une problématique à laquelle répond cet aménagement…

A voir …. Les concepts géographiques !

Cadre théorique de la grille AFOM

L’analyse (ou la matrice) AFOM (atouts, faiblesses, opportunités, menaces)SWOT en anglais ou FFOM dans sa traduction littérale, est définie par les services de la Commission européenne comme :

« un outil d’analyse stratégique. Il combine l’étude des forces et des faiblesses d’une organisation, d’un territoire, d’un secteur, etc. avec celle des opportunités et des menaces de son environnement, afin d’aider à la définition d’une stratégie de développement. »

À ce titre l’analyse AFOM fait partie des outils qui contribuent à l’étude de la pertinence et de la cohérence d’une action future (qu’il s’agisse d’une action ponctuelle ou d’une stratégie d’ensemble).

  • Dans le cadre de la préparation d’une prise de décision, le but de l’approche est de faire en sorte que le décideur prenne en compte dans sa décision, l’ensemble des facteurs (internes et externes) de manière à maximiser les potentiels des forces et des opportunités et à minimiser les effets des faiblesses et menaces.
  • Dans le cadre d’une évaluation, l’utilisation de l’analyse AFOM est généralement centrée sur l’évaluation «ex ante» de programmes d’action. En formalisant ses points positifs et négatifs et en identifiant les facteurs de son environnement pouvant influer favorablement ou défavorablement sur le déroulement du programme d’action, l’analyse AFOM permet de réduire les incertitudes et ainsi d’affiner ou d’évaluer la stratégie envisagée.

Extrait de l’article de Wikipédia consulté le 8 novembre 2017

Cette matrice n’apporte une aide pertinente que dans la mesure où les questions initiales sont convenablement posées, ce qui souligne avant tout l’importance de la clarté des objectifs définis.

Déclinaison de cette matrice dans le cadre de l’analyse géographique d’un aménagement du territoire.

Comment l’approche géographique peut contribuer à l’analyse AFOM ou comment l’analyse AFOM permet de structurer une approche géographique?

La formation géographique dans le secondaire développe deux concepts majeurs:

  • celui d’atouts ou de contraintes spatiales: dans le cadre d’un aménagement du territoire, ce concept est illustré en observant les composantes de l’espace à l’échelle du site dans lequel s’inscrit l’aménagement. Il est attendu que l’élève puisse identifier des composantes qui facilitent ou compliquent l’aménagement. C’est une analyse à l’échelle du site dans lequel l’aménagement s’inscrit, c’est généralement une échelle locale. Ce sont des faits observables. Les éléments peuvent être naturels (dénivelé peu important, conditions climatiques favorables…) ou humains (présence d’un axe routier, absence d’habitations, faible prix du terrain…).
  • celui de potentialités ou de vulnérabilités spatiales: dans le cadre d’un aménagement du territoire, ce concept est illustré par des considérations prospectives. Ce sont des hypothèses qui sont étayées par des informations spatiales (faciliter l’accès aux commerces par l’augmentation de places de parking, mettre en péril la biodiversité par la rupture d’un biome, favoriser le développement de l’habitat résidentiel et les apports fiscaux associés par la diminution de la pollution sonore, pénaliser le commerce par …). Les éléments sont à considérer tant à l’échelle locale qu’à d’autres échelles (éventuellement jusqu’au niveau mondial).
    Ces éléments sont généralement issus d’études complexes qui ne sont pas attendues des élèves. Il est attendu que les élèves puissent traiter des informations qui sont communiquées pour identifier l’acteur et son point de vue afin de le placer comme aspect positif ou négatif. Un même élément, selon les points de vue, pourra donc se trouver à gauche et à droite du tableau.

Ces deux concepts permettent d’adapter la grille AFOM en grille ACPV: Atouts-Contraintes-Potentialités-Vulnérabilités.

En résumé

Les atouts et contraintes concernent exclusivement les effets du site sur l’aménagement. Pour le dire autrement, en quoi le site est favorable ou contraignant par rapport à l’aménagement. C’est donc une analyse géographique du site vis-à-vis de l’aménagement (et pas l’inverse).

La partie potentialités/vulnérabilités est du domaine de la prospective, c’est un recueil d’effets présumés positifs ou négatifs de l’aménagement sur l’espace (que ce soit à l’échelle du site dans lequel s’inscrit l’aménagement ou à une autre échelle). À ce niveau, la démarche des élèves sera d’identifier des supports cartographiques qui permettent de soutenir un argument.

Les étapes pour compléter une grille ACPV

1. Inscrire l’aménagement dans son contexte spatial

Sur base de supports qui peuvent être de natures différentes (cartes, article d’un journal, blog…), l’élève réalise un croquis cartographique de l’aménagement à l’échelle du site dans lequel il s’inscrit. Il annote son croquis pour mettre en évidence des composantes de l’espace qui influencent la spatialisation de cet aménagement. Ces annotations seront traduites en termes d’atouts et de contraintes dans la grille. Cette production est réalisée dans le respect des règles de base de la cartographie.

L’élève rédige un texte en quelques lignes pour décrire comment cet aménagement s’inscrit dans son espace. Cette description se fait en utilisant le vocabulaire adéquat et des repères spatiaux pertinents. Ces repères comprennent au moins les composantes de l’espace annotées sur le croquis.

2. Nominaliser les informations

L’élève dresse la liste des atouts et les contraintes identifiées par l’observation spatiale dans le point 1, il les nominalise et les place dans la grille d’analyse.

3.Justifier spatialement les atouts et les contraintes

En prenant appui sur les observations au point 1 et éventuellement sur d’autres supports (avis d’experts…), l’élève justifie en quelques mots ou en  quelques phrases les éléments placés dans la grille dans les rubriques “atouts” et “contraintes”.

4. Opportunités et menaces – décoder des avis

  • Sur base d’informations fournies et relatives à des avis d’acteurs (riverains, experts …), l’élève identifie:
    • l’acteur;.
    • son point de vue
  • Il nominalise l’information et la place dans une des rubriques “Potentialités” ou “Vulnérabilités”
  • Pour chaque point de vue analysé, l’élève effectue une recherche en vue de fournir un (ou plusieurs) support cartographique qui permettra de soutenir l’argument (ou de le mettre en question). Il rédige un court texte afin de montrer comment son support cartographique soutien ou non l’argument.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *