Comment apprendre par la géographie?

Questions géographiques

La programmation organise l’ensemble des apprentissages autour de trois types de questions géographiques.

Des questions spatiales à propos de l’inégale répartition des populations et des ressources

Des questions spatiales à propos des risques naturels et technologiques et la gestion de ces risques

Des questions spatiales à propos de l’aménagement du territoire

Le programme précise la nature des questions et à quelles échelles elles doivent être traitées. Ces questions constituent le terreau dans lequel les savoirs, savoir-faire et compétences seront mis progressivement en place.

 

Compétences géographiques et méthodologie

La mise en œuvre des compétences géographiques peut être mobilisée comme un outil méthodologique pour faire apprendre des savoirs, des savoir-faire ou des compétences géographiques.

Il est important de considérer que ce n’est pas la seule démarche méthodologique envisageable. L’enseignant définira sa méthodologie en fonction de ses objectifs d’apprentissage.

Par exemple,

  • pour faire apprendre des repères spatiaux, mettre en œuvre des exercices individuels ou collectifs de localisation;
  • pour développer la capacité à mobiliser des repères spatiaux pour décrire une répartition à l’échelle de la Belgique, mettre en œuvre des exercices basés sur l’atlas numérique de Belgique ;
  • pour développer un savoir-faire relatif à l’appréciation d’une représentation cartographique, mettre en œuvre des exercices de transformation des figurés cartographiques sur base de l’atlas numérique de Belgique, d’ArcGIS Online…;
  • pour développer la connaissance d’un modèle géographie (criculation atmosphérique…), répondre à une série de questions sur base de la visualisation d’une capsule vidéo
  • pour développer la capacité de lire une information spatiale nouvelle à une échelle donnée, mettre en œuvre une situation à travers laquelle l’élève doit décrire cette information en utilisant un vocabulaire adéquat et des repères spatiaux pertinents;
  • pour développer la capacité à interroger l’espace, mettre en œuvre des exercices de description de répartitions d’objets à une échelle donnée et attendre des élèves qu’ils formulent des questions fondées sur ces observations.
  • pour développer la capacité à mettre en évidence des liens entre des composantes de l’espace, proposer la description de la répartition spatiale d’un objet et attendre des élèves qu’ils sélectionnent, à travers une dizaine de cartes à l’échelle de la répartition de cet objet, les composantes qui présentent une répartition relativement similaire;

Objets d’enseignement et situations d’apprentissage

Chaque exemple ci-dessus explicite la notion se “situation d’apprentissage”. C’est à dire une situation à travers laquelle un apprentissage ciblé est identifié.

Cette notion est à distinguer de la représentation traditionnelle de la “séquence de cours” pour laquelle, c’est généralement un objet d’enseignement qui est déterminé (un thème, un territoire …). Le programme met l’accent sur des situations d’apprentissage.

Les exemples ci-dessus mettent en évidence que les dispositifs envisagés pour mettre en œuvre les apprentissages sont particulièrement variés et feront largement appel aux compétences professionnelles de chacun en vue:

  • de diagnostiquer les forces et les faiblesses de chacun;
  • d’envisager des dispositif pour permettre tant la remédiation que la consolidation ou le dépassement;
  • de diversifier les méthodes et objets étudiés pour développer la curiosité du plus grand nombre;d’envisager des études de cas à la portée des élèves et représentatifs des notions, modèles, concepts… à apprendre
  • de structurer les acquis d’apprentissages;
  • d’envisager des dispositifs qui favoriseront l’acquisition des apprentissages par le plus grand nombre;

La planification des apprentissages.

Si le programme détermine les acquis d’apprentissage, il appartient à l’enseignant de déterminer comment ceux-ci seront mis en place. Des exemples sont proposés à titre indicatif.

L’ensemble des acquis prévus au terme de chaque année sont structurés dans les notes des élèves.

Afin d’assurer de la transparence, il est attendu de l’enseignant, à travers la planification de son travail, qu’il

  • détermine, pour chaque leçon, les acquis d’apprentissage ciblés. Les acquis sont listés par année dans le programme. Ceux-ci constituent les seuls éléments sur lesquels porte l’évaluation certificative.
  • à déterminer quel objet d’enseignement est adapté pour atteindre ces objectifs. L’objet d’enseignement peut n’être mobilisé que pour la situation d’apprentissage.