3e année

OBJECTIF – QUESTIONS SPATIALES À PROPOS DES RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES

L’objectif des apprentissages en 3e année est de faire prendre conscience aux élèves que tous les endroits sur Terre n’offrent pas les mêmes opportunités pour le développement humain, que certains espaces sont particulièrement contraignants et d’autres moins. Au terme des apprentissages, l’élève aura conscience:

  • que les aléas naturels ne sont pas répartis de manière homogène sur la Terre et que quelques modèles permettent de comprendre leur répartition;
  • que l’occupation plus ou moins importante des espaces influence la vulnérabilité de l’Homme face aux aléas;
  • que l’action de l’Homme est déterminante face aux aléas technologiques;
  • que des aménagements sont réalisés pour se prémunir des aléas et que leur efficacité est variable.

Les concepts géographiques qui sous-tendent cet objectif sont les continuités et discontinuités spatiales et les atouts et les contraintes étudiés ici à travers les aléas, mais aussi les potentialités et vulnérabilités tant face aux éléments physiques (risques naturels) que face aux éléments humains (risques technologiques).

La mesure du risque doit donc prendre en compte les espaces plus ou moins affectés par un aléa (naturel ou technologique), mais aussi la vulnérabilité des populations face à cet aléa.

La mesure de la vulnérabilité des populations peut être observée à travers des dispositifs pour se prémunir des aléas.

Pièges à éviter

 

  • Faire des apprentissages en 3e année une géographie des catastrophes.
    En effet, l’objet n’est pas de pointer les catastrophes naturelles ou technologiques, mais bien de montrer que la Terre offre des espaces  contraignants et d’autres plus favorables pour le développement des activités humaines;
  • Faire des apprentissages en 3e année une étude plus ou moins exhaustive des mécanismes qui conditionnent des aléas.
    En effet, la spatialisation des aléas et la vulnérabilité des populations face à ceux-ci constituent la contribution de la géographie pour comprendre des enjeux. Les processus physicochimiques qui conditionnent ces aléas relèvent de l’apport d’autres disciplines;
  • Faire des observations de cas des monographies relatives à des territoires ou des espaces.
    En effet, que ce soit pour induire des connaissances relatives à des modèles, des théories ou des concepts ou vérifier la portée d’un modèle ou d’une théorie, il est indispensable de multiplier les observations, faire des comparaisons entre différents territoires.

Si des éléments ci-dessus sont évoqués pour contextualiser des apprentissages, leur donner du sens…, leur maitrise ne constitue pas un critère de sanction des acquis d’apprentissage en géographie.