Le programme semble faire la part belle aux supports cartographiques. Quelle est la place des autres supports?

Le programme indique que les représentations de l’espace sont indispensables pour:

  1. … mettre en oeuvre une démarche géographique:
  • décrire la répartition spatiale/dynamique spatiale d’un objet étudié pour identifier des continuités/discontinuités spatiales. Les productions attendues sont à la fois des représentations de l’espace et des textes;
  • comparer des répartitions spatiales pour mettre en évidence des liens entre celles-ci. Les productions attendues varient entre des représentations de l’espace et des tableaux de comparaison.
  1. … exprimer sa connaissance:
  • des répartitions spatiales;
  • des repères spatiaux;
  • des modèles spatiaux.

 

Le programme permet des supports variés et des productions variées pour:

  1. … réaliser les tâches qui mobilisation de la démarche géographique pour éclairer des enjeux (3e degré) (“l’élève prend appui sur des documents variés, y compris des représentations de l’espace et communique sa production sous différentes formes“);
  2. … exprimer sa connaissance des notions, des théories et des exemples;
  3. … structurer sa connaissance et faire apprendre.

 

Une représentation graphique qui présente l’espace en abscisse (p.ex. un profil topographique) est une représentation de l’espace.

D’autres représentations telles que le schéma fléché, le diagramme ombrothermique.. sont des supports qui aident efficacement l’élève à comprendre des phénomènes et/ou à structurer sa connaissance.

Dans la perspectives ci-dessus, ce sont des outils “pour apprendre” et il n’y a aucune raison de s’en priver. Ce n’est donc pas l’outil qui sera évalué, mais ce qu’il a aidé à apprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *