Quelles compétences faire figurer dans le bulletin?

Question

Pouvez-vous nous indiquer quelles compétences indiquer dans le bulletin en 3e année.

Pour infos, nous utilisons “Bulrézo” où les compétences doivent être assez synthétiques, compréhensibles par les parents et les élèves. Elles seront reprises également dans les évaluations du TJ et des examens. 

Réponse:

Le programme indique: “La certification des acquis d’apprentissage porte sur la capacité à réaliser en autonomie différentes tâches qui sont l’expression d’une approche géographique ainsi que sur la maitrise des savoirs et des savoir-faire requis pour cette tâche”.

Le référentiel indique das l’organisation des UAA que les compétences de l’élève se traduisent par:

  • sa capacité à réaliser un certain nombre de tâches en autonomie (en lien avec les grands enjeux tels que l’accès à la nourriture, à l’eau, aux risques…);
  • à maitriser des savoir-faire;
  • à connaitre une série d’éléments (savoirs déclaratifs).

La communication dans le bulletin

Le bulletin devrait au minimum faire référence à ces trois composantes:

  • maitrise des savoirs (savoirs);
  • maitrise des savoir-faire (savoir-faire);
  • capacité à réaliser en autonomie des tâches (démarche géographique).

Le bulletin peut, si le cadre de la communication le permet ou l’invite, faire état des différentes composantes de ces trois rubriques.

Savoirs:

Tous le éléments ci-dessous ne sont pas activés pour toutes les années.

  • Répartitions spatiales
  • Repères spatiaux
  • Modèles spatiaux
  • Liens théoriques
  • Notions
  • Exemples

Savoir-faire

Il faut impérativement une coordination verticale en école puisque les savoir-faire ne sont pas imposés par année contrairement aux savoirs et aux tâches)

  • Lire une carte thématique ou schématique, un croquis cartographique
  • Lire une image de l’espace terrestre
  • Lire des coordonnées géographiques
  • Manipuler des outils numériques de représentation de l’espace : atlas, SIG, globe virtuel, géoportail…
  • Construire une représentation cartographique
  • Apprécier la qualité d’une représentation cartographique
  • Apprécier la pertinence d’une représentation cartographique (uniquement au 3e degré)

Tâches

La démarche géographique est globalement la même de la 3e à la 6e année.

  • Décrire une répartition/dynamique spatiale.
  • Établir des liens entre des composantes de l’espace pour éclairer cette répartition/dynamique spatiale.
  • Communiquer avec des représentations de l’espace et passer de la carte au texte.

Comme cette démarche fait référence à des objets différents et mobilise dès lors des savoirs différents, elle peut également être détaillée.

 

3e année

  • … pour décrire la répartition spatiale d’un aléa, expliquer sa répartition et expliquer la répartition d’un risque naturel ou technologique.
  • … pour décrire la répartition spatiale d’un aménagement du territoire ou l’occupation d’un l’espace et identifier des atouts et des contraintes vis-à-vis de cet aménagement ou de cette occupation.

4e année

  • … pour décrire la répartition spatiale d’une ressource en eau ou en nourriture, expliquer sa répartition et interpréter cette répartition en termes d’atouts et de contraintes pour le développement d’activités humaines.
  • … pour décrire la répartition spatiale d’un aménagement du territoire ou de l’occupation d’un espace et identifier des atouts et des contraintes vis-à-vis de celui-ci.

5e année

  • … pour décrire la répartition spatiale d’une ressource, expliquer sa répartition et interpréter cette répartition en termes d’atouts et de contraintes pour le développement d’activités humaines.
  • … pour  mettre en œuvre la démarche géographique pour éclairer les enjeux liés à l’accès aux ressources
  • … pour mettre en œuvre la démarche géographique pour éclairer des enjeux liés aux risques naturels et technologiques et à leur gestion

6e année

  • … pour décrire la répartition spatiale d’une fonction et expliquer sa répartition
  • … pour mettre en œuvre la démarche géographique pour éclairer des enjeux liés à l’accès des populations aux fonctions d’un territoire et à sa gestion

 

Les savoirs et savoir-faire sont implicitement mobilisés à travers ces tâches. Pourquoi dès lors évaluer ces savoirs et savoir-faire distinctement?

L’évaluation distincte permet de mieux diagnostiquer les éventuelles difficultés d’un élève. S’il ne peut réaliser une tâche complexe, ce n’est pas nécessairement parce qu’il ne connait pas tel savoir ou qu’il ne maitrise pas tel savoir-faire. Le blocage peut aussi venir de la difficulté à sélectionner les savoirs utiles et les savoir-faire appropriés pour réaliser la tâche. De même, la décontextualisation inhérente à l’expression des savoirs de manière déclarative peut être un facteur de blocage pour certains élèves (absence de sens).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *